mercredi 4 octobre 2017

Porto Rico


Il y a 2 ans, je suis allé avec Papa et Maman à Porto Rico. J’ai adoré ce voyage. Nous sommes allés tous les jours à la plage. Les vagues étaient hautes comme des montagnes et les palmiers dansaient avec le vent comme des hawaïennes lorsqu’elles bougent les hanches. Le soleil était très chaud et je devais me protéger. Lorsque je voyais une grosse vague, je criais en levant les bras : je t’affronte, puis la vague me recouvrait et je sortais indemne. Cet été, la mer m’a donné une grande leçon : même si on a peur, même si cela fait mal il faut affronter la situation. On ne peut pas faire autrement. Une fois la douleur sentie, elle part comme elle est venue. Plus on la fuit, plus elle grandit. Cet été, la mer m’a permis de grandir encore un peu et de devenir plus fort. Maman dit que je suis un petit guerrier comme elle. Elle m’a dit que peu importe, si je tombe, peu importe si je me trompe, l’important c’est d’apprendre la leçon et ne plus recommencer. Elle m’a dit aussi, que je ne dois m’agenouiller devant personne, juste devant Dieu.  

jeudi 21 septembre 2017

La tempête


Avec Papa et Maman, nous avons vécu des moments très durs pour tous les trois. Nous nous sommes pris par la main durant cet horrible tempête puis nous avons prié pour qu’elle s’arrête. Il faisait nuit dehors mais aussi dans nos cœurs. Nous avons continué à prier puis petit à petit la pluie a cessé et des étoiles ont commencé à briller illuminant notre âme comme le soleil après l’insomnie. Après ce gros orage nous continuons de nous serrer les mains. Aujourd’hui, cette expérience nous a rendu plus fortset nous continuons debout, même si parfois on a pleuré un petit peu. J’aime mon Papa et ma Maman, ils sont mes héros. Maman dit toujours que son métier c’est celui d’héroïne de la maison et que je suis son chef car elle travaille pour moi par ce qu’elle m’aime.

vendredi 18 août 2017

La princesse et les tournesols


Tous les printemps, Madame Reine semait des tournesols. Ils grandissaient si haut qu’ils touchaient les nuages. Les tournesols étaient plus grands que les arbres et plus grands que moi. C’étaient des fleurs géantes qui tournaient autour du soleil. Depuis ce sont mes fleurs préférées. Chez moi, il y a toujours des tournesols dans des grands vases et dans toutes les pièces.
Les tournesols aimaient danser avec la musique que j’écoutais. Mon chien aussi. Et lorsque je dansais les tournesols se tournaient pour me regarder. J’allais être danseuse, mais juste avant d’intégrer l’école je tombais gravement malade ne pouvant plus danser. Alors tous mes tournesols perdirent leurs feuilles et moi l’envie, l’envie d’aimer, l’envie de faire. Mon père passa une annonce dans le journal afin de trouver un prince qui me sorte de cette terrible maladie qui ne me laissait pas danser. Mon père savait le remède. Un baiser d’amour. Un vrai. Des princes vinrent de tous les pays, mais aucun baiser ne marcha. En fait la princesse savait au fond ce dont elle avait besoin. Mais on lui avait tellement répéter que le plus beau jour de sa vie serait quand un homme l’embrasserai, qu’elle n’y croyait plus au remède qu’elle savait au fond d’elle même. Alors les tournesols chantèrent, leur chanson était si belle qu’elle émut la princesse qui s’embrassa elle même. Depuis ce jour elle s’aima et guérissa. Elle n’avait pas besoin de prince. Elle l’avait toujours su, mais elle n’osait pas le dire à son père, puis elle donnait un mauvais exemple à sa mère. Sa mère ayant appris la leçon elle s’embrassa puis peu de temps après elle divorça, puis toutes les princesses du royaumes s’aimèrent et ne voulurent plus de princes. Elle voulaient étudier. Puis petit à petit la relation avec les princes changea et ils devinrent plus égaux. La femme commença à travailler, le prince s’occupa davantage des enfants. Ce qui était drôlement bien, c’est que princes et princesses ne rivalisaient pas. Chacun excellait dans ce qu’il savait faire le mieux. Et dans ce conte il vécurent vraiment heureux dans ce royaume lointain car ils ne recherchaient pas le bonheur dans l’autre, ils étaient avant tout heureux et puis après ils le partageaient

lundi 14 août 2017

Les trois arbres du jardin de ma grand-mère


Dans le jardin de ma grand-mère il y avait trois arbres. Quand je suis née ils étaient tous petits. Au fil des années, il ont commencé à grandir jusqu’à ce qu’ils ont presque touché le ciel. Un matin avec un soleil naissant comme mon enfant le jour où il est arrivé dans ma vie, j’ai aperçu qu’il fallait les couper. En tout cas Madame Reine, la femme de ménage et jardinière de ma grand-mère, me l’avait dit et m’avait demandé de convaincre ma grand-mère de les couper un peu. Ma grand-mère me dit qu’ils allaient avoir mal et qu’il était hors de question qu’on les touche. Au fil des années ils ont commencé à mourir. Ma grand-mère avait mal au cœur suite à un secret que je lui avais raconté, tous les jours elle avait encore un peu plus mal. Un soir, fatiguée, elle ferma les yeux pour toujours et les arbres aussi. A la mort de ma grand-mère on coupa ces arbres et on les enterra avec elle. Moi depuis ce jour, j’aime les arbres et la nature.

dimanche 9 avril 2017

Les beaux jours – Los días cálidos

Les beaux jours arrivent
la nuit se lève
et nos cœurs brillent
comme la lune argentée de paillettes.
J’ai ma robe de soir
pour trinquer
en mémoire des printemps
pétillants, passés allongés sur l’herbe
et le soleil à fond
sur nos corps bronzés

Les beaux jours arrivent
et la joie de vivre reprend le dessus
de ces ciels gris et plein de nuages
comme mon cœur
qui danse selon les saisons
et son amour irrégulier
qui parfois me fait pleurer
comme une vierge qui a perdu son enfant
et pour qui la vie n’a plus de sens

Les beaux jours sont revenus
et mon bonheur aussi



Los días cálidos están llegando
la noche se levanta
y nuestros corazones brillan
Como la luna plateada de lentejuela
tengo mi vestido de noche
para brindar por la memoria
de las primaveras pasadas
encendidas y pasadas sobre la hierba
y el sol a todo lo que da
sobre nuestros cuerpos bronceados

Los días cálidos están llegando
y la alegría es mas fuerte que
esos cielos grises y llenos de nubes
como mi corazón que baila según las estaciones
y su amor irregular
que a veces me hace llorar
como una virgen que perdió a su niño
y para quien la vida ya no tiene sentido

Los días cálidos han regresado

y mi felicidad también

jeudi 16 février 2017

J’étais la belle au bois dormant – Era la bella durmiente



Toutes ces années j’ai dormi

et ce n’est que son amour qui m’a réveillée

à travers ce baiser que j’ai longtemps attendu

Je dormais faute de ne pouvoir affronter ma réalité

j’ai vécu la guerre du cœur et la grisaille de l’esprit

en dormant sous la couette chaudement

par ce que ses jambes m’entrelaçaient

et son cœur aussi

Aujourd’hui il me réveille

et j’ai le courage de vivre éveillée dans la conscience de l’âme et du cœur

je ne suis plus aveugle, je ne suis plus sourde, je ne suis plus muette

je peux crier et regarder de face mes ennemis,

mes blessures et ma rage qui s’est converti
en courage.

Aujourd’hui, je vois, j’écoute et je parle

Ce monde que j’avais crée est devenu réel

et les symboles sont bien là, comme mes désirs et mes souhaits

Aujourd’hui, le monde m’appartient

je suis ivre d’amour et ivre de lui

Je vis sans douleur, sans passé qui me martèle le crâne

Aujourd’hui, je suis cette princesse, que le roi a épousé

et qui eurent des enfants et vécurent heureux

jusqu’à la fin de leur vie.



Todos estos años he estado durmiendo

no ha sido mas que su amor que me despertó

a través de ese beso que esperé durante años

Dormía porque no podía enfrentar mi realidad

Viví la guerra del corazón y la tristeza del espíritu

bajo las cobijas calientitas con sus piernas

que me entrelazaban

y su corazón también

Hoy me despierto

y tengo el valor de vivir despierta en la consciencia del alma y corazón

Ya no soy ciega, ya no soy sorda, ya no soy muda

puedo gritar y mirar de frente mis enemigos

mis heridas y mi rabia que se ha convertido

en valentía

Hoy, veo, escucho y hablo

Ese mundo que había creado se ha vuelto real

como mis deseos y esperanzas

Hoy, el mundo me pertenece

estoy borracha de amor y de él

Vivo sin dolor, sin un pasado que me martillea el cráneo

Hoy, soy esa princesa que se caso con el rey

y fueron felices hasta el final de su vida


jeudi 2 février 2017

Je suis nue - estoy desnuda


Je suis nue
de l’âme, du corps, de la tête,
du sexe aussi
Je n’ai plus de jardin secret
Je n’ai plus rien à prouver,
ni aux autres, ni à moi

Aujourd’hui je me rhabille
et prends ma valise pour partir
loin sur une tour
de rois et de princesses,
de crapauds aussi

Je redeviens humain
de chair et de rêves

Aujourd’hui, j’ai atterri
et j’affronte la réalité,
la souffrance aussi
Je ne m’évaderai plus
car je suis aimée à la folie et cet amour
me rend forte, puis le plus important
c’est que je m’aime aussi
sans condition, juste comme je suis
même si je ne sais plus très bien qui je suis

Et, toi, es-tu une princesse, un roi ou un crapaud ?

Estoy desnuda
del alma, del cuerpo y de la cabeza
del sexo también
Ya no ten tengo jardín secreto
Ya no tengo nada que probar,
ni a mi, ni a los demás

Hoy, me vuelvo a vestir
y agarro mi valija para partir
lejos en una torre
de reyesy de princesas,
de sapos también

Me vuelvo humana
de carne y sueños

Hoy, he aterrizado
y afronto la realidad,
el sufrimiento también
Ya no me evadiré nunca mas
porque soy amada hasta la locura
lo que me hace mas fuerte, pero lo mas importante
es que yo también me amo
sin condiciones, así como soy
aunque ya no sé muy bien quién soy


Y, tu, eres una princesa, un rey o un sapo ?

jeudi 5 janvier 2017

Bonne année ! Feliz año



Je vous souhaite une année douce et chaleureuse comme lorsque le soleil caresse notre corps lorsqu'il rentre par la fenêtre.

Les deseo una navidad suave y calida como cuando el sol acaricia nuestra piel cuando entra por la ventana.

mercredi 28 septembre 2016

Très comme il faut – Niña bien


Je ne veux plus être très comme il faut.

Je veux péter,
je veux éructer,
je veux crier,
je veux me goinfrer.

Je ne veux plus être sage

je veux être une peste
et je veux que tu m’aimes comme cela

Avec mes défauts
avec mes côtés obscurs
avec mes mes blessures

Aujourd’hui je ne veux plus être très comme il faut

Je veux être moi

toi, moi : entrelacés

toi, moi avec nos chaînes

toi, moi là, très là

toi, moi : point final

texte inspiré Par Guadalupe NETTEL lors de la présentation de son livre Après l'hiver

Ya no quiero ser una niña bien

quiero echarme pedos,
quiero eructar,
quiero gritar,
quiero atragantarme,

Ya no quiero portarme bien

Quiero ser infernal
y quiero que me ames así

con mis defectos
con mis lados oscuros
y con mis heridas

Hoy ya no quiero ser una niña bien

Quiero ser yo

tú, yo : entrelazados

tú, yo, con nuestras cadenas

tú, yo, aquí, muy aquí

tú, yo : punto final.

Texto inspirado por Guadalupe NETTEL cuando presento en París su última novela

jeudi 25 août 2016

Je suis ivre d'amour - estoy borracha de amor


Par ce que lorsque tu me regardes, je sens des carresses sur mon corps
Par ce que quand tu m'embrasses je sens des rêves plein la tête
Par ce que quand tu me touches je sens tes émotions qui surgissent de ton corps
Je t'ai dans la peau et dans la tête
Mon coeur bat et l'envie presse
Je suis ivre d'étreindre et capable d'aimer
de donner tout cette amour dans moi

Porque cuando me miras, siento tus caricias sobre mi cuerpo
Porque cuando me besas me siento llena de sueños
Porque cuando me tocas siento tus emociones brotar de tu cuerpo
estoy loca por ti
Mi corazon late y las ganas crecen
Estoy herisa por abrazarte y capaz de amar

de dar todo este amor en mi